Parole d'expert : David Rodrigues, juriste logement à la confédération de la consommation, du logement et du cadre de vie (CLCV)

Publié le par Phoebe Palissier - mis à jour le

David Rodrigues, juriste logement à la confédération de la consommation, du logement et du cadre de vie (CLCV) répond à nos questions:

1 – La vie en copropriété est une réalité quotidienne qui concerne beaucoup de personnes en Ile de France. Quelles sont les principales préoccupations des copropriétaires aujourd’hui ?

Les préoccupations des copropriétaires varient énormément d’une personne à l’autre et, surtout, de leur implication dans la vie de la résidence. Les personnes qui ne participent pas à la vie de leur immeuble n’ont d’autres préoccupations que celles relatives à leur cas personnel.

« En revanche, pour les copropriétaires davantage impliqués, la principale préoccupation est la maîtrise des charges. Cela peut alors se matérialiser de différentes façons : suivi du budget prévisionnel, recours contre les impayés, réalisation de travaux d'économie d'énergie dans certains cas.

Autre préoccupation, le bon entretien de l’immeuble et le suivi de l’exécution des contrats. Les copropriétaires souhaitent avoir un immeuble correctement entretenu et payer effectivement pour un service rendu »  

2 – Pensez-vous que les copropriétaires sont suffisamment informés ? Quel rôle joue internet dans l’information des gens ?

« Il est de plus en plus facile de trouver de l’information grâce à Internet. Des forums permettent également de soumettre une problématique à une communauté composée de personnes averties. Toutefois, il est beaucoup plus difficile de trouver une information de qualité, précise, justifiée juridiquement, et réellement personnalisée.

Par ailleurs, il ne faut pas oublier le rôle de la jurisprudence dans l’interprétation des textes, éléments peu aisés à trouver sur la toile. Enfin et surtout, si le net fournit une information plus ou moins précise, il ne permet aucun réel accompagnement. Or, c’est de cela qu’ont besoin les copropriétaires. : d’être accompagnés dans leurs démarches et de se voir proposer une stratégie adaptée à leur situation.

Il peut être utile d’améliorer le fonctionnement du conseil syndical avant de chercher absolument à changer de syndic par exemple. De même, la réalisation d’un cahier des charges en vue de changer de prestataires ne peut se faire uniquement par le biais des informations trouvées sur Internet. Ce n’est donc pas un Eldorado au sein duquel un copropriétaire pourrait trouver les réponses à toutes ses questions »

3 – Quels conseils souhaiteriez-vous donner à un copropriétaire pour s’informer mieux ?

« Tout dépend de la question et du contexte. On peut trouver facilement la réponse à une question simple sur Internet (le délai de convocation de l’assemblée générale par exemple). Les différents salons de l’immobilier, tel le salon de la Copropriété, permettent également de fournir une information précise. La rencontre avec les différents acteurs de l’immobilier ou la participation aux conférences qui y sont organisées sont également d’excellents moyens pour se renseigner.

En revanche, si la copropriété connaît des dysfonctionnements (défaut de réactivité du syndic, manque d’implication du conseil syndical…), il faut aller au-delà et se rapprocher d’un organisme spécialisé.  Les associations de consommateurs telle la CLCV permettent précisément de fournir toutes les informations et d’accompagner les copropriétaires dans leurs démarches.