Parole d'expert : Philippe Pelletier, avocat, président du Plan Bâtiment Durable

Publié le

La 22ème édition du Salon de la Copropriété sera placée sous le signe de la Rénovation Énergétique, en partenariat avec le Plan Bâtiment Durable.

Salon de la Copropriété - Photo Philippe Pelletier

Quelle place assignez-vous à la copropriété privée dans la transition énergétique de l’ensemble du secteur immobilier ?

Les logements en copropriété représentent près de 8 millions de logements, une part significative de l’habitat en France, et en cela ils sont un élément essentiel de la mobilisation générale du secteur du bâtiment face aux objectifs de la transition énergétique, notamment en matière de rénovation. Afin d’enclencher un mouvement massif de rénovation des copropriétés, il faut cependant prendre en compte les particularités de ces immeubles collectifs et impliquer l’ensemble des acteurs, copropriétaires (spécialement le conseil syndical) et professionnels (syndic, architecte, bureau d’étude, entreprises du bâtiment, …) tout au long du projet.

  

Considérez-vous que la difficulté des copropriétés à financer les travaux dans cette période économique compliquée constitue un obstacle pour atteindre les objectifs assignés ?

La question du coût est forcément essentielle à prendre en compte dès l’élaboration  du projet : une étude approfondie des dossiers permet d’inclure un plan de financement complet faisant appel à l’ensemble des aides disponibles, nationales et territoriales. Ce plan financier doit accompagner l’audit de la copropriété, qui doit s’ouvrir au-delà du  seul aspect énergétique, et nécessite un réel accompagnement pour sa mise en œuvre. Des solutions de financement existent via l’éco-prêt copropriété par exemple, ou le tiers-financement qui bénéficie de premiers retours d’expérience positifs.

Logo Plan Bâtiment Durable

   

Quels sont selon vous les principaux freins et progrès encore à accomplir pour arriver aux objectifs fixés ?

Aujourd’hui, les outils juridiques, techniques et financiers existent pour passer à l’action dans les copropriétés. C’est maintenant un travail de bonne coopération de l’ensemble des acteurs qui est nécessaire, en particulier des professionnels. Les collectivités ont aussi leur rôle à jouer, celui d’un tiers de confiance ; des démarches locales en témoignent déjà : c’est par exemple le cas de Eco-rénovons Paris lancé le mois dernier avec un objectif de 1000 copropriétés rénovés d’ici 5 ans.

  

  

Quel est selon vous le principal rôle des professionnels et en particulier des syndics dans la réussite de la mise en œuvre de la transition énergétique ?

Les professionnels ont un  rôle majeur à jouer dans la mobilisation des copropriétés. C’est pour cela que nous avons proposé aux syndics, et aux fédérations qui les accompagnent, de s’engager via la charte de mobilisation des professionnels pour la rénovation énergétique des copropriétés initiée par le Plan Bâtiment Durable fin 2013. En signant la charte, ces professionnels s’engagent à se former et à monter en compétences  afin  d’informer et d’entraîner les copropriétés. Cette charte, déjà signée par les fédérations professionnelles et plus d’une centaine de syndics sur l’ensemble du territoire, continue son action de mobilisation et de partage des bonnes expériences.

   

Avocat au barreau de Paris, Philippe Pelletier a été président de l'UNPI puis président de l'Agence nationale de l'habitat (Anah). En janvier 2009 il est nommé par le Premier Ministre président du comité stratégique du Plan Bâtiment Grenelle, renommé depuis 2012 Plan Bâtiment Durable.

  

Pour en savoir plus : Philippe Pelletier sera notre invité d'honneur lors de la Conférence Plénière de la Nocturne du salon, le mercredi 23 novembre.

Retrouvez toutes les informations sur le Plan Bâtiment Durable sur www.planbatimentdurable.fr & suivez leur actualité sur leur compte twitter !